Alors qu'elle devait être décisive, l'Assemblée Générale Extraordinaire du 12 février s'est soldée par un échec explosif pour le groupe Belvédère, qui n'est pas plus fixé sur son avenir. Bien que l'administrateur judiciaire et la direction du groupe aient pesé pour que les actionnaires adoptent le plan de redressement, le vote n'a tout simplement pas pu avoir lieu. Comme l'indique un communiqué de Belvédère, « les actionnaires présents ou représentés à l’Assemblée Générale possédant moins de 25% des actions ayant le droit de vote, celle-ci n’a pu délibérer valablement ». Le quorum (ou nombre de votants nécessaire pour que la décision soit valable) n'étant pas atteint, « le Conseil d’Administration indique que l’Assemblée Générale des actionnaires sera convoquée à nouveau, sur le même ordre du jour, dans les meilleurs délais » Ce nouveau rebondissement dans le dossier Belvédère (capital pour l'avenir de Moncigale) est digne d'un cliffhanger de film d'action. Actionnaire du groupe, Bruce Willis a d'ailleurs évoqué l'avenir de Belvédère lors de la promotion parisienne de son dernier film (au titre évocateur, Die Hard 5, belle journée pour mourir). Alors qu'il recevait la médaille de Commandeur dans l’Ordre des Arts et Lettres, Bruce Willis a apporté son soutien au plan de restructuration, « en tant qu'actionnaire et que créancier », comme le rapportait France Inter. Autre star des années 1990 toujours en activité, Nicolas Miguet défend un autre avenir pour le groupe Belvédère. Représentant 24,9 % du capital par la Société Civile de la Tour Grise et par procurations (en tant que président de l'Association pour la Représentation des Actionnaires Révoltés), Nicolas Miguet se pose en représentant de petits actionnaires souhaitant une continuation de l'activité qui éviterait une dilution des actions actuelles. Lors de l'Assemblée Générale, il a mené la fronde contre le plan de restructuration actuel, ce qui s'est soldée par son départ, avec fracas et soutiens. Sur son compte Twitter, Nicolas Miguet s'est félicité de son action : « Belvédère : un bon petit coup pour chasser les mauvais banksters... Bravo les "petits actionnaires" coalisés via l'Arare ! »